Les apports de l’économie industrielle à l’analyse concurrentielle des marchés de réseau et services numériques

Le 09/01/2018

« Les apports de l’économie industrielle à l’analyse concurrentielle des marchés de réseau et services numériques. »

Thèse doctorale écrite par Adrien Karsenty sous la direction de Laurent Benzoni, présentée et soutenue à l’Université Paris II Panthéon-Assas, le 11 décembre 2017.

Adrien Karsenty est diplômé d’un Master en Économie de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et d’un Master en Économie et Droit de l’Université Paris II Panthéon-Assas. Sa thèse de doctorat en économie industrielle traite des questions concurrentielles dans l’économie numérique et des réseaux.

Adrien Karsenty est par ailleurs associé au Centre de Recherche en Economie et Droit (CRED) au sein duquel il participe régulièrement à des travaux de recherche traitant des enjeux concurrentiels dans les marchés du numérique et de l’Internet ("L’effet des bloqueurs de publicités sur les modèles économiques de l’Internet", co-écrit avec Alexandre Guimard et publié dans la revue DigiWorld Economic Journal, et "Competitive advantage in digital economy: from contestable markets to essential facilities").

Lire la thèse : http://www.theses.fr/s128574

 

Résumé :

Cette thèse regroupe les principaux jalons pour l’analyse concurrentielle des marchés impliquant des activités de réseau et des services ou produits numériques. Le propos s’organise en trois parties qui sont autant d’essais pour rendre compte de l’impact des spécificités de ces marchés sur leur dynamique concurrentielle.

La première partie de la thèse porte sur la question de la concentration des plateformes Internet. Un modèle de marché biface est spécifié pour rendre compte des différents niveaux d’interdépendance sur les plateformes mettant en relation entreprises ou annonceurs, d’une part, et audience ou consommateurs, d’autre part. Il en ressort que les effets de réseaux (les synergies et économies d’échelle émanant du nombre d’utilisateurs de la plateforme) sont tels que tout avantage (premier entré sur le marché, qualité ou part d’audience relative supérieure,…), constitue à terme un avantage compétitif pérenne.

La deuxième partie aborde la question de la délimitation des « marchés pertinents » lors des opérations de concentration appliquée au marché de l’accès à Internet fixe. La structure de la demande d’accès à Internet est examinée économétriquement afin de vérifier l’existence, ou l’absence, d’une segmentation (voire d’une différenciation) de celle-ci selon que les technologies sont de types haut ou très haut débit.

La troisième partie traite de l’effet des ad-blockers sur les médias et fournisseurs de contenus dont le modèle économique repose sur la gratuité. Un modèle de marché biface est spécifié afin de vérifier quel rôle peuvent jouer les fournisseurs d’accès à Internet pour internaliser les externalités de réseau et limiter les phénomènes de congestion.